Le jour que je suis devenue une adulte

Le jour que je suis devenue une adulte

Être adulte, à quel moment est-ce qu’on franchit cette barrière? Est-ce que c’est quand on passe notre permis de conduire? À sa première soirée arrosée? Quand on met au monde un petit être qui dépend vitalement de nous?

Moi j’ai quitté le nid familial, j’avais 18 ans. On s’entend je n’avais pas encore tout vu dans la vie, c’était plutôt le début. Je dépendais toujours un peu de mes parents, mais le cordon était coupé. Je ne sentais pas que j’avais encore atteint le niveau de maturité de «l’adulte». Le peu de responsabilités que j’avais à ce moment-là pourrait expliquer ce sentiment de liberté et de jeunesse éternelle que j’avais. À cette étape de ma vie, j’avais deux emplois étudiants, je complétais tranquillement mon diplôme collégial en science nature et je profitais de la vie, comme on dit! Je savais déjà quelle profession je voulais faire, où se donnait mon cours universitaire et ce que je voulais dans un certain avenir rapproché. J’ai donc commencé l’université et j’ai rencontré du monde fou. Quand j’y repense, elles ont été les meilleures années d’études de ma vie. Ces quatre-là ont une place particulière dans mon cœur.

Mais la vie, elle, elle ne te consulte pas quand elle fait des changements…

C’est dans ces années-là que j’ai pris un coup de vieux et je ne pouvais rien y faire. Je n’avais plus de contrôle, parce que là, on parlait de ma maman. C’est là que j’ai ouvert mes yeux aux responsabilités qui s’imposent à toi, sans même avoir eu le droit à une préparation quelconque. Ma maman est tombée sévèrement malade et pour la première fois je m’inquiétais pour la santé de mes parents. Ce n’est pas supposé nous arriver à 40 ans ça? Ils ne sont pas invincibles nos parents? Pourquoi j’ai ce souci plus lourd que les autres sur mes épaules? Après les dures étapes que j’avais passées, je n’avais pas le droit à une pause pour au moins 5 ou 6 ans? Est-ce que j’aurais pu finir mes études et me placer dans la vie avant qu’on me mette ça dans les mains?

Avec le temps, on s’y fait à cette vérité. Ça devient une arrière-pensée, toujours un peu là sans trop te déranger. Et puis tu finis par continuer ton chemin avec une brique de plus dans ton sac d’expérience. Quand j’ai gradué de l’université, j’ai compris que pour d’autres c’était leur moment à eux que leur vie d’adulte commençait. Mais moi ce sentiment existait déjà. J’ai réalisé, qu’inconsciemment, je prenais certains facteurs en considération dans mes décisions, qui n’existaient pas avant. J’ai réalisé que j’étais devenue une adulte sans même m’en être rendu compte, sans même avoir voulu, sans être prête. Mais est-ce qu’on peut vraiment être prête à tout ça? Il n’y a pas de demande de consentement quand ça passe.

Depuis cette étape, on réalise qu’on peut maintenant catégorisés nos problèmes de vie : pas pressant, je devrais le faire demain, j’y donne toute mon attention, imprévus, imprévus catastrophiques, ALERTE NATIONALE. En plus de ça, chaque personne a son propre barème, ce n’est pas tout le monde qui peut gérer les imprévus de la même façon. Ça devient bien compliqué la vie d’adulte.

C’est ainsi que tu deviens un adulte à un moment aléatoire, selon des circonstances uniques et la game peut toujours changer à n’importe quel moment. Quand ça arrive, c’est ce qu’on peut maintenant appeler un coup de vieux. Parfois, il va faire mal ce coup-là, mais il faut pas oublier que t’es pas seule et que si la pente est dure à remonter, il y a toujours des outils pour t’aider.

La Bohème
Aventurière dans l'âme, elle saura vous faire voyager à travers ses paragraphes d'un moment à un autre de sa vie, tout en restant sur ses pieds et bien à terre. Elle ajoutera son grain de sel et ses petits opinions sur la maternité à son image.