Lettre à la moi d’il y a 8 ans

Lettre à la moi d'il y a 8 ans

Je t’écris cette lettre parce que je sais à quel point tu déteste les enfants. Je t’écris aussi pour te dire que ça va aller, toute les peines d’amours et toute tes passes bizarres que tu vas traverser vont t’amener quelque part, je te le promets.

Si je te disais que tu allais rencontrer la personne qui allait changer ton monde? Je sais que tu y pense pas en ce moment parce que t’es dans un mood de party pas mal flamboyant. Après avoir passé à travers 5 ans de secondaire, ton p’tit cœur est pas mal magané pis t’as sûrement peur que quelqu’un le chiffonne encore plus. Mais tsé si je te disais que y’a quelqu’un qui t’attend quelque part? C’est rough à croire en ce moment mais fais moi confiance.

Je le sais que tu songes beaucoup à vivre au jour le jour, tu te fous pas mal de ce qui t’entoure sauf tes amis, mais malheureusement si tu décidais de step up la game qu’est ta vie bah j’ai des petites nouvelles pour toi, tes amis seront clairement pas le pilier de tes décisions. Du moins pas pour les plus importantes d’entre elles. Il faut que tu les laisse aller et que tu vives ta vie. Je sais que tu as peur qu’ils ne recroisent plus jamais ton chemin mais pour certains d’entre eux, c’est ce qui se produira.

Tu vas te rendre compte que ta vie changeras radicalement grâce à des petits événements très banals. Mais si je te disais ça maintenant tu ne me croirais pas, et ça me passe 6 pieds par dessus la tête parce que je ne regrettes pas une seconde de tout ce que tu vas vivre avant qui arrive toute ces belles choses que vivent les adultes.

Comme tout nouveaux parents qui vivent la maternité-paternité, tu vas vivre la fin de ton adolescence et le début de ta vie adulte d’une certaine manière toi aussi. Tu vas vivre comme une bohème qui en a plein son cul de l’école, qui a juste envie de lâcher son fou et de se défouler. Parce que non le cégep, ça te fera pas. Tu vas découvrir les joies de travailler 40 heures semaine sans avoir de grosses responsabilités encore. Mais fait attention, la majorité viendra à toi comme un beau cadeau empoisonné. Sortir dans les bars, boire quand tu veux, ou tu veux. Avoir ton cellulaire, ta propre carte de crédit, la liberté d’acheter ce que tu veux, c’est la luxure qu’on appelle.

Mais avec grandes choses viennent grandes responsabilités. Dit toi que ton parcours ne te mènera pas nulle part même si ça en a tout l’air. Je sais qu’un jour tu vas être tannée de vivre cette vie-là, pis que tu vas vouloir vieillir. Eh bien tiens bon, parce qu’après les nuages gris, pleins de belles choses vont se produire. Soit patiente. À croire que chaque être humain a son lot de bad luck et de temps flous.

Et ce texte s’adresse aussi à mon entourage qui se cherche encore. Ça pas l’air facile comme ça, mais votre temps va venir à vous aussi de trouver votre stabilité, votre nid. Suffit d’être patient et de faire confiance à la vie un peu. Ne pas forcer les choses et laisser le tout aller.

La petite débrouillarde
La Petite Débrouillarde c'est la fille qui se cherche. Mais qui cherche aussi comment réussir un bon pâté chinois, pis réussir aussi à pas donner à souper des sandwichs beurre de peanut - banane à son fils les soirs de semaine parce que son cerveau est resté au bureau. Dans ses ouvrages, on retrouvera de belles histoires, mais aussi des moins belles qui malgré tout, arracheront des sourires à certains, et un sentiment d'appartenance à d'autre.