La Féeries des gens stressés

La Féeries des gens stressés

Je suis partie une journée de décembre pour terminer mon magasinage du temps des fêtes, entre mamans. Pourquoi pas ? J’veux dire, on avait toute nos stratégies établies. Avec deux bébés, fallait être organisées! Arrivée avant 10h pour avoir du parking pis magasiner en paix, Notre liste de magasins à faire (même si ça a dévié un peu quand même) bref, tout était à notre avantage pour que tout se passe bien. Et bien toi, chère nouvelle maman qui lit ça, comprendra bien que oui tout peut bien aller, mais sans imprévus, c’est pas mal rare !

J’arrive au carrefour, le matin. Je me stationne dans le parking dédié au famille (because well, i can), quand quelqu’un se stationne à côté de moi. Le stationnement est dé-sert. T’as clairement pas d’enfant, c’est quoi que tu fais-là? J’ouvre ma porte et comme de fait, j’arrive pas à sortir bébé vue que son auto est beaucoup trop collée sur la mienne. J’en fais pas de cas, je la regarde d’un air un peu trop poignante et pars. J’arrive dans le centre d’achat et vais rejoindre mon amie qui est maman, elle aussi. Jusque-là, tout va bien, on se suit, on rit, c’est ben plaisant!

Plus ça allait, et plus je me rendais compte que les magasins qu’on faisait étaient de moins en moins adaptés pour les poussettes. On est même allée jusqu’à faire demi-tour dans une entrée de rangée, parce qu’on ne pouvait pas y avoir accès. Sérieux le monde? À quel point dans la vie tu ne veux pas de mamans dans ton magasin pour faire des allées de même, pas quelques pouces de large? Pis on parle ici de magasin de vêtements pour enfants et bébés. Je m’excuse même pas pour les pancartes que j’ai écrasé en chemin avec ma poussette, parce que je suis supposée être capable d’accéder au rack du fond.

Je vous mentirais si je vous disais que je ne me suis pas faite d’ennemis cette journée-là. De la vendeuse qui m’a vu rentrer dans le magasin en kickant sa pancarte dans le chemin, allant aux caissières clairement pas assez matinales pour commencer leur chiffre à 10 h a.m. Je sais qu’en devenant maman, à 10h, moi ma journée est déjà pas mal faite, mais quand même. Un petit effort svp!

Depuis que je suis en congé de maternité, j’ai du temps en masse pour aller trotter dans les centres d’achats, pis je me demandais si c’était seulement quelques magasins qui négligeaient leur service à la clientèle et plus ça va, plus je me dis que le monde est juste rendu sauvage. Rares sont les places où j’ai un bon service ou ces places-là me marquent tellement que j’en parle pendant des semaines. “Tsé la caissière au H&M là!”

Je peux comprendre, que le temps des fêtes est un moment dans l’année très stressant pour tout le monde. Les employeurs veulent vendre en tabarouette, les employés sont brûlés de leurs journées. Je veux dire, on a tous passé par là un moment donné dans notre vie. Mais de grâce, c’est ta job, rendre l’expérience de magasinage de quelqu’un agréable. Imagine si moi je ne peux pas passer avec ma poussette, si quelqu’un en chaise roulante le peut lui? Je ne penserais pas!

Si j’ai un conseil à vous donner, armez-vous de patience dans le temps des fêtes, surtout en temps que nouvelle maman qui commence à gérer ses hormones mals placées, ça peut parfois mal finir. J’aimais ça aller magasiner avant. Surtout enceinte, j’avais rien d’autre à traîner que ma grosse bedaine. Maintenant, je dois y aller très tôt, me stationner très loin, et parler à moins de gens possible pour éviter des chaos.

Tu pensais qu’une maman ça déborde de bonheur? Je te confirme que la maman que je vais voir puer la bonne humeur va être celle qui va finir ses commissions de Noël sans avoir commis de meurtre sans qu’elle est à gérer son bébé en plus des gens stupides qui l’entourent. Le centre commercial en temps de Noël devient littéralement une jungle, fais-toi ta place.

La petite débrouillarde
La Petite Débrouillarde c'est la fille qui se cherche. Mais qui cherche aussi comment réussir un bon pâté chinois, pis réussir aussi à pas donner à souper des sandwichs beurre de peanut - banane à son fils les soirs de semaine parce que son cerveau est resté au bureau. Dans ses ouvrages, on retrouvera de belles histoires, mais aussi des moins belles qui malgré tout, arracheront des sourires à certains, et un sentiment d'appartenance à d'autre.