Du Lait ?!

Du lait

À toi, oui toi, la future maman qui se fait semi brain-washer par son médecin ou infirmière depuis les derniers rendez vous de routine de grossesse que tu as, à propos de tes inquiétudes, tes méthodes pour nourrir ton petit loup qui viendra au monde bientôt. Oui oui, je parles bel et bien de si tu vas décider d’allaiter ou non ton petit polisson, une grosse question hein ? Depuis quelques semaines déjà c’est ce qui me tourmente au plus haut point.

Je sortais de mon rendez vous de routine chez le médecin pour ma grossesse il y a quelques semaines déjà, et j’ai été pris d’une question existentielle quand j’ai rencontré la collègue remplaçante de mon médecin habituel. Est-ce que j’allais allaiter ? TAN TAN TAN!! Je suis ensuite tombée sur ce fameux article de cette fameuse maman qui expose la vérité des mamans d’aujourd’hui ( La Parfaite Maman Cinglante – Ton Choix de ne pas allaiter ) et c’est là que j’ai réalisé qu’on ( nous les futures mamans ) est confrontée indirectement à beaucoup de croyances et mythes qui nous laissent tellement perplexes sur nos choix de vie et sur celle de nos enfants et futurs enfants même. Je suis allée fouiller à gauche pis à droite sur le sujet qui m’intrigue tant, et ça avait dont l’air tabou d’en parler. Pas pour les gens d’une certaine âge, mais pour d’autre, l’allaitement était primordiale et il n’était pas question de donner de la poudre diluée à un bébé naissant, voyons dont Caro! Bref, j’ai dû me faire à l’idée que la société avait une opinion très arrêtée sur ce sujet. Vous allez me dire que on est en 2018, et que rien ne peut être tabou en cet ère pleine de libération et de non jugement des gens… Ben oui. Ça s’peut apparemment. J’ai donc décidé d’en parler à une personne bien placée pour m’écouter, la collègue de travail de mon médecin qui la remplaçait ( qu’on va appelé Annie pour le bien de la cause ). Annie m’en parlait comme je pensais, que c’était mon choix, parce que personne ne pouvait choisir à ma place, surtout pas s’ils ne connaissaient pas mon mode de vie, bref, tout était à mon honneur. MAIS ( il y a toujours un mais ), Annie me disait qu’il fallait absolument que je l’essaie quand même ! Même s’il s’agissait d’une seule fois à l’hôpital, pour voir si je changeais pas d’idée… Si je changeais pas d’idée. Bon, je lui accordes, elle faisait quand même sa job rendu jusque là, mais à partir de ce moment, la conversation avait prit une tout autre tournure pour me mettre en désavantage par rapport à ma position face à mon choix de ne pas allaiter. Me remettre en question sur ce que j’avais choisi. Parce que le lait maternel c’est le lait de la vie, on le savait tous ça. Et là, je venais de déclencher une guerre sans lendemain contre une infirmière et sa stagiaire ( pis on sait clairement qui va gagner dans ce cas-là, j’ai seulement des études en dessin de bâtiment, moi-là ).

Je sais que ça peut enflammer de gros débats, parce que chaque génération a ses croyances, ses mythes et ses batailles. Start moi pas sur l’allaitement ! Bref après avoir fait mon enquête, je me suis rendue à l’évidence que beaucoup de maman l’avait fait ou pas, par principe que c’était ce qu’ils recommandaient dans ce temps-là… !

En bout de ligne, je me suis fait ma propre idée sur le sujet. Moi, l’allaitement ça ne m’intéresse pas, et je suis clairement au courant que mon enfant ne sera pas plus stupide s’il n’est pas allaité. Même si c’est une si belle expérience à vivre, tant mieux pour celle qui le vivront, je n’en ferai pas partie et je pense clairement vivre autant de beau moment avec mon garçon même s’il n’est pas nourrit par le lait divin de sa maman. Ne soyez pas influencée par les stéréotypes des gens qui vous entourent pour baser vos choix. C’est votre enfant, pas celui de la société girls.

Lien de l’article : https://parfaitemamancinglante.com/2017/02/08/ton-choix-de-ne-pas-allaiter/

La petite débrouillarde
La Petite Débrouillarde c'est la fille qui se cherche. Mais qui cherche aussi comment réussir un bon pâté chinois, pis réussir aussi à pas donner à souper des sandwichs beurre de peanut - banane à son fils les soirs de semaine parce que son cerveau est resté au bureau. Dans ses ouvrages, on retrouvera de belles histoires, mais aussi des moins belles qui malgré tout, arracheront des sourires à certains, et un sentiment d'appartenance à d'autre.